Le temps du désert

© Isabelle Crépeau

© Isabelle Crépeau

Lorsque le Nordet brûle et que le Norois siffle
Le sommeil de la vie s’installe
Et berce les samares
Dans un ciel de nacre et d’argent

Par temps de désert et de blaze
L’oasis laurentien aspire les neiges
de sable et de maïs
Pour se couvrir
De tapis de blek au cristal d’iris

Et c’est alors

Que nous semons des lumières
Pour faire fleurir les sapins
Scintiller le froid
Et peindre en pourpre d’or
Des nuées d’aurores

Blaze : expression écosaise pour un coup soudain de vent sec | Blek : glaçage du sol en surface
Villeneuve, G.-Oscar. Glossaire de météorologie et de climatologie, 2e édition, Presses de l’Université Laval, 1980.
© Isabelle Crépeau, 2013
Publicités

L’odeur des couvents

Couvent des Soeurs de la Sainte-Vierge, St-Grégoire, Québec

Couvent des Soeurs l’Assomption de la Sainte-Vierge, St-Grégoire, Québec

Détail porte du couvent

Détail, Couvent des Soeurs de l’Assomption de la Sainte-Vierge

Une vie de carcans, de renonciation, de dévotion
Entre chapelle, réfectoire et parloir
Un gynécée à la gloire de la virginité
Vit au rythme des cantiques, de la prière et des psaumes

Entre les murs des couvents
Sévères et intransigeants
Les pucelles de l’Éternel
Ont
Renoncé au vent
Renié les printemps
Ignoré les étés

Et oublié
Que le temps est mouvance
Que la musique est frisson
Que la liberté est rayon
Que la lumière est parfum

Le couvent des Soeurs de l’Assomption de la Sainte Vierge a été construit en 1903 et occupé par celles-ci jusqu’en 2009. Il s’agit d’une congrégation d’origine canadienne, fondée à St-Grégoire de Nicolet au Québec, en septembre 1853. Elles y dispensaient un cours pour jeunes filles de région rurale. Ce bâtiment est maintenant occupé par Culture Centre-du-Québec qui m’avait invitée dans le cade de mon travail.
J’ai été frappée par l’odeur des murs d’époque et l’organisation spatiale qui transmettent des renseignements sur « l’art de vivre » en communauté religieuse au temps de la Grande noirceur et même au-delà de cette période marquante de l’histoire du Québec. Ce sont ces émotions qui ont inspiré ce poème.
 
© Isabelle Crépeau, 2013