Sillons d’automne

Well2007 027

Marginal Way, par un jour de pluie – Ogunquit, Maine (USA)

Il pleut sur ton café des sillons d’automnes
Arabesques de taches aux lignes filiformes
Qui s’estompent en bouffées de fumées déjantées
Comme des colliers de plumages zébrées

En ce matin de soleil brisé
Je marche sur les quais de boucaniers
Cherchant l‘aventure à pied levé
L’appel du large pour dessiner
Les rythmes et les fugues de mes pensées

Et d’un coup de crayon aux noirs d’ivoire
Naissent des segments de courbes en entonnoir
Une confluence de graphies d’illusions
Une réflexion sur l’art de peindre l’émotion

Comme ces mélodies de rêveries intérieures
Ces livres non écrits d’alchimies du cœur
Et ces polyphonies de mélancolie
Aux fines gouttelettes en fleurs de poésie
Elles sont les propylées des vers de la vie

© Isabelle Crépeau, 2014
Publicités

Une réflexion sur “Sillons d’automne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s