Sous les voilages

Tu souffles des fleursCigale

sur la beauté des anges

Larmes de coeur

froissent la mouvance

Je peins

l’immobile
en blanc d’écume
frangé de campagne
un pas, vers l’outremer
ça et là
avec toi

© Isabelle Crépeau, 2015
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s