Dans quelques heures 2015

Dans quelques heures 2015

Oubliez les nouvelles résolutions et les objectifs

Prenez seulement 5 minutes chaque jour pour cesser de « faire » et goûter l’expérience « d’être »

Que 2015 soit une année qui vous ressemble

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/2e6/50018485/files/2014/12/img_0070-0.jpg

Attente

image

Flammes de bleu sur fournaise de feu

Cristaux d’étoiles sur fusions de cendres

Sur des lisières frissons de braises

Grêlent de frêles fleurs d’étincelles

À ces brûlures de fièvres aurifères

S’irisent des flambées de poussières

Où naissent des encres de santal

Des fusains de feux de Bengale

Qui dessinent des ciels de Noël

Magies de richesses immatérielles

© Isabelle Crépeau, 2014

Ahavtiv *

Photo d'un dessin de Lino

Photo d’un dessin de Lino

Pour le Jour du souvenir

* Je l’ai longtemps aimé en Hébreu

 

Elle est celle qui écrit des vers de non-dits

Comme des songes flétris sur ses scories de vie

Des bribes de papiers d’émotions retournées

Qui sont flore de brasier sur l’usnée des planchers

 

Elle est celle qui soupèse ses soucis et leurs fruits

Tête baissée dans les transes de ses pensées meurtries

Harnachée du souvenir de sa douce moitié

Disloquée par le front des conflits armés

 

Demain je partirai

 

Car je suis lasse de lire des bulletins de chagrins

Tant d’épopées ailées ont sombrées en mon sein

Comme des papillons de nuit fanés dans le vin

Des brumes pourprées des bombes de la fin

 

© Isabelle Crépeau, 2014

Sayonara

CCC_Octobre (1)
Fond d’air d’hiver tambourine sur le vide
Des interstices de froids indélébiles
Ponctuant de ses accents la langue de gris
De cette nature folle et meurtrie

La vie s’ennuie

Entre les madriers des murs zébrés
De chaleurs d’électricité
Hiberner
Dans l’opium de ses pensées
Aux solitudes calfeutrées
D’interludes d’intériorité

© Isabelle Crépeau, 2014

Musée national

Feuille dentelée

 

Ossatures de nervures sur toile d’octobre

Fritures et rouillures sur flaques d’eaux sobres

La terre croasse ses congères de feuillus

Venus des rameaux de cimes aux cils nus

Dans ce mausolée d’été ajouré

Sur les friches troublées de marais percés

Sèchent des tumulus d’érables pelés

Qui saignent à blanc le verso du printemps

© Isabelle Crépeau, 2014

Chez Michel

Filtres d’été sur journées d’automne
Baignent les routes de terres et de blés
Jusqu’aux méandres de la Maskinongé
Et ses cascades d’eaux douces ombrées

Il est celui qui niche au pied des fontaines
Le long des sentiers de mousses de sphaignes
Dans les joncs bleutés des sapins baumiers
Auprès des rochers et des muses d’idées

L’Artiste
des heures aux mains de sculpteur
Qui taille des forets d’oiseaux migrateurs
En bois de rivière et feuilles de copeaux
Caresses de fougères et cuirs de bouleaux

 

Iphone 163

Dans l’atelier du sculpteur Michel Boire
« Les oiseaux amoureux » Oeuvre en chantier

 

 

 

 

 

 

© Isabelle Crépeau, 2014