Esprit nature

iphone-148

Le jardin de ma mère
Terre à nénuphars
Comme de l’encre, réfléchit le silence
Il naît à la source de l’équilibre

Je me laisse cueillir par la brunante
Éparpillée, parmi les fleurs enflammées
Et les feuilles qui sèchent,
Après la gloire

 

©Isabelle Crépeau, 2016

Musée national

Feuille dentelée

 

Ossatures de nervures sur toile d’octobre

Fritures et rouillures sur flaques d’eaux sobres

La terre croasse ses congères de feuillus

Venus des rameaux de cimes aux cils nus

Dans ce mausolée d’été ajouré

Sur les friches troublées de marais percés

Sèchent des tumulus d’érables pelés

Qui saignent à blanc le verso du printemps

© Isabelle Crépeau, 2014

Passeggiatta de septembre

Je pédale filant à vive allure à travers
Les parcs Beauséjour, Belmont, Raimbault, des Bateliers, de la Merci, Nicolas-Viel
Traversant à l’horizontale
Le feu des érables, des hêtres et des vinaigriers
Tandis que les bernaches s’envolent
Que le cygne chante la fin
De l’été à l’heure dorée
Une parenthèse de vie

Parc Raimbault

Parc Raimbault

Et pourtant,
Pendant ce temps,
De plénitude de passeggiata,

Parc Beauséjour

Parc Beauséjour

Un homme a filé à vive allure à travers
La musique et les films, l’histoire et les sciences humaines, l’économie et la technologie, les arts et la littérature
Traversant à la verticale,
Les étages de verre et de bouleau blanc
Pour s’envoler vers les bernaches
Chanter avec le cygne,
L’automne à l’heure de pointe
Et fermer la parenthèse de sa vie au milieu des légendes et des contes

© Isabelle Crépeau, 2013