État de grâce 

  
Marcher parmi le cortège de soie

Pour toujours

Affranchi. La porte s’est fermée. Il ne reste que le flibustier  

Libre butineur de fleurs effumées

Port majestueux en nuances de vert

Posé sur une nuée

Dans le soleil vérité

 

   ©Isabelle Crépeau, 2016

Publicités

Le grand bruit

Artiste : François Vincent Estelle no.1, 1991. Huile sur papier marouflé sur panneau. 140 cm x 91,5 cm

Artiste : François Vincent
Estelle no.1, 1991. Huile sur papier marouflé sur panneau. 140 cm x 91,5 cm

Flocons de soleil

Sur tes épaules crues

Gisements de lumière

Je me suis dévêtue

Des mailles de blé

Laines de pailles soudées

Et je me suis versée

Sur le vent

Dans le grand bruit safran

© Isabelle Crépeau, 2015

L’Instant

 

Au terme du jour se balader

Sur des bris de cacophonies

Carrelés d’éclaircies de bruit

Aux arpèges de fantaisie

 

Et au milieu les amoureux

Absents du monde ils ne sont qu’eux

Au théâtre des instants fleur bleue

Ils sont musique dans nos yeux

 

Mais au parvis du ma chérie

Se dessine la même graphie

Celle d’une tranche de vie

Au court instant de paradis

Les amoureux de la Place des festivals, 2 mai 2014, 17h00, 57 sec.

 

© Isabelle Crépeau, 2014

Escale

 

Table effet glace

Dans les plantations d’eaux aux vapeurs de pierres

Des murmures de silences, des mantilles de lumières

Des rafales de feux aux huiles d’amandes

Des torpeurs de rosées aux fumées de lavandes

 

Faire escale aux chaleurs des havres d’énergies

S’enivrer des sueurs des braises de pluies

Pour effacer les rides des textes du vent

Des joues éburnées par les valses du temps

 

 

 

© Isabelle Crépeau, 2014

Marécages

débâcle

Turbulences des sols sur pluie de fonte
Bouillons d’eaux aux alcools de glaces
Sur des pavés de marécages
L’hiver effeuille son pelage
Jonchés de sciures de débâcles
De dallages de déconfitures
Et d’épaves d’éclaboussures

Sur les rives de la Skawanoti
Une prairie de neiges englouties
Un champ d’atours polaires disloqués
Une estacade de boues macérées
Et des limons d’acides de pollution

Sur ces nappes de contamination
L’alouette picosse les alluvions
Le merle poursuit sa nidification
Et dans ce printemps au fracas d’effusions
Ils chantent le tumulte des prochaines générations